Bienvenue à tous sur la nouvelle version d' Oukonva !

Jeff Chalaffre

Jeff Chalaffre

  • Divers

Information

Email contact@chalaffre.com
Pays France

Description

Tombé dans la musique à l’âge de 11 ans, « Jeff » apprivoise la guitare façonnée des mains virtuoses d’un papa ébéniste. A l’évocation de ses premiers pas de musicien, le musicien concède un rire espiègle. « Après un bac scientifique, je me suis dis que je ne serais pas scientifique ! J’ai donc fais une fac de musicologie ». Un choix judicieux, puisqu’il décroche une licence de musique à la Sorbonne, un premier prix de conservatoire de Guitare et d’Harmonie. Sociétaire définitif à la S.A.C.E.M., multi instrumentiste (Guitare, laud, bouzouki, mandoline, basse …) l'auteur-compositeur-interprète affiche un C.V. séduisant : Double disque d’or avec le groupe « Wazoo », tandem glamour avec l’élégante Clara Oleg et la voix métissée d’Ena Luis, arrangeur des mélodies d’un Julien Estival aux charmes insolents, et d’un Kandid local, succès de « Lorlanj », courts métrages ou longs métrages pour le cinéma… Jeff ne se refuse rien… ! Son secret ? Un talent précieux et ancré, qui lui permet de décliner son Art avec le sourire de la décontraction, de voguer sur tous les flots de sa créativité par tous courants (musiques actuelles, musique orchestrale, musiques du monde …), sur l’écume iodée de ses envies. Mais au-delà de la réussite brillante de cet auteur discret, c’est l’atelier intérieur d’un garçon sensible, obstiné et enraciné qui trouble…
De son regard bleuté de malice, Jeff abandonne : « Je suis un artisan qui fait de la matière sonore. Je privilégie l’émotion à la démonstration… ». A la manière d’un chercheur d’or campé sur sa source, Jeff empoigne la terre de ses origines, de ses volcans et la passe sur le tamis de son savoir-faire pour en révéler l’essence, en recueillir les arômes… Son métal doré est la musique qu’il sculpte. Modèle. Ciselle avec style… Amoureux de Satie et de Debussy, le compositeur confesse : « ma musique pour l’image est impressionniste ». Fugitives et nuancés, les notes et accords livrent les indicibles pigments de leurs états d’âmes. Infinie, la palette de l’auteur se répand en un flux abondant et intarissable comme l’encre échappée sur le grain d’un buvard gourmand en ressenti. 
Carole Eon Groslier « La Montagne »