Au mois de juillet, fais ce qu'il te plaît... Avec oukonva.fr !

Le Grand Fusil + Lofofora

  • Concert
Samedi 28 avril 2018 à 20:45

Prix

Paf: 23/21 €

Description

LOFOFORA

Peu de groupes auront marqué aussi durablement et fortement la scène metal française que Lofofora. Voici plus d'un quart de siècle que son chanteur Reuno, éloquent « Charisman », frappe sous la peau, martèle les tempes, marque le tempo de ses textes affûtés pointant les travers d'une société malade : le capitalisme sauvage, le racisme, les mass-media, l'exclusion, la bêtise sous toutes ses formes sont martelés sans relâche au fil des neuf albums d'une formation au son puissant.

Pour son dernier disque, Lofofora s'engage sur une piste jamais explorée : un album 100 % acoustique forgé avec la même énergie et le même esprit de résistance qui a toujours animé ce groupe mythique. En live, c'est à chaque fois un choc, une expérience cathartique et galvanisante : s'immerger dans la musique et les textes de Lofofora pour hurler avec eux notre appétit de liberté, c'est l'antidote à l'apathie et aux désirs formatés.

LE GRAND FUSIL

La meilleure surprise du moment est toute jaune, fine et assez peu loquace. Quelques traits joliment art déco invitent à se laisser aller dans la ligne de mire, ou l’on se retrouve bien nu et bien ému. En hommage, peut-être, au lointain échalas qui courait tête baissée devant les pelotons, Le Grand Fusil s’affiche humblement sous les traits d’une créature un peu mystérieuse, esquisse de viande et d’os aux traits imparfaits.

C’est parce que l’homme est comme ça, poète des villes grises et des squares pelés, descendu du rock comme on descendrait du ciel. Sur les 9 titres de Tape 33, premier album grillé en compagnie d’une petite poignée de fines gueules, Thomas Dupré se souvient des guitares éraillées de la noise, des basses tapageuses et salement tordues, des mélodies lancinantes d’un rock intègre et souterrain , et de toute la pharmacologie recommandée pour les soins de l’âme.

Et là, entre les lignes, on s’immerge avec délice dans cette pop massive, aux distorsions charnues, ces ballades grinçantes aux voix aériennes, ces textes à double sens pleins de spleen et d’électro-chocs, avant de tomber raide dingue d’un auteur profondément humain, déjà riche de mille vies et de mille tumultes.